• Isabel Ferrando

    Je suis née à Carpentras, au pied du Mont Ventoux, bercée par les hurlements du mistral et les chants des cigales...

    Lire la suite
Fermer

Il était une fois une petite fille née en provence


Je suis née à Carpentras, au pied du Mont Ventoux, bercée par les hurlements du mistral et les chants des cigales. De mon père pied noir, j'ai hérité les saveurs de l'orient, le miel et la cannelle, le safran et le cumin, les beignets de tout, de fleurs et de sardines... mais aussi sans doute le goût des grandes chaleurs qui vous terrassent. De ma mère provençale il me revient des parfums d'oeillets, d'églantine et de chèvre-feuille, de roses de jardin aux effluves sensuelles et musquées. Sa cuisine à la sucrosité inattendue des poivrons rouges et jaunes, des cerises noires de septembre picorées par les moineaux, les figues jaunes au goût de miel, brunes au goût de noix, les grenades juteuses qui tachent les lèvres.

Lorsque j'ai annoncé à ma famille que je voulais devenir vigneronne, ce fut comme un coup de tonnerre dans le ciel de Provence. « A quoi bon faire des études supérieures longues pour finir vigneronne ? ». La question de mes parents était légitime. Mais comment expliquer cet appel du sol, cette obsession de retrouver le rythme des saisons, ce désir de silence, de liberté et plus que tout, le rêve de créer, encore et toujours créer une nouvelle interprétation de la cuisine provençale, des saveurs du soleil, de la table joyeuse de mon enfance. 


Ce sera Châteauneuf du pape ou rien !

A la naissance de mon unique enfant en 1997, l'évidence d'un retour aux sources s'impose à moi. Cadre supérieur dans une grande banque, je vivais alors dans le ronron confortable de la vie.

Le projet paraissait invraisemblable, changer de vie pour une vie plus aventureuse et qui s'avère à l'arrivée bien plus belle. Soit. Mais comment devient-on vigneron sans parent dans le métier, sans vigne et sans chai ?
Ce fut le retour à l'école des apprentis vignerons à Carpentras, puis deux années laborieuses de recherche en vain... « ce sera Châteauneuf du Pape ou rien ! ».
Car c'était bien ici, au coeur de la Vallée du Rhône, que je rêvais de m'installer. Il faudra la patience et le talent de mon mari pour que le rêve se réalise à l'automne 2002, dans l'horreur et la désolation des pires inondations que la région ait connues. L'aventure devient réalité.

creation vinium